• Album : Maestro 2010
      <b>sany0081.jpg</b> <br />

Test du Diablis de R-SKY

Posté par airone le 30 janvier 2010

Test du Diablis de R-SKY 01

La Housse noire est sobre. Un imprimé du plus bel effet égaie l’étui : une tête malicieuse laisse planer comme une promesse de récompenses au plaisir de posséder ce cv. Voilà qui change un peu de ces housses sobres mais tristounettes.

Sorti de sa housse, La première impression est la satisfaction de voir globalement un appareil fignolé. Les coutures arrondies sont belles et régulières sur des panneaux collés.
Une petite couture trois points serrés court le long des bords d’attaque. C’est classe et très esthétique. Cette fantaisie achève un ensemble soigné. Félicitations.
Le bord de fuite contient un nerf de chute non réglable. Une petite patte est cousue à l’extrémité de la pointe d’aile pour accueillir la bride de tension.
Parlons du nez : Il est très bien fini et là aussi les coutures sont impeccables. La découpe au fer chaud est bien propre et net. Rien ne dépasse. En plusieurs semaines de vol je ne me suis pas accroché une seule fois dans le nez. Les panneaux blancs et mylar sont délimités par de fines bandelettes noires surlignant les contrastes. Pour la présence en vol ce n’en est que mieux.
La pièce de dacron cousue sur la quille est impeccable elle aussi. Le trou de la croix centrale est bien découpé et aucune présence de bavure. L’extrados est doublé d’une feuille de spi trame carrée. Excellent.
Le pourtour du trou n’a pas était surpiqué. Tant pis. Il baillera sans doute à l’usure. Un logo est sérigraphié.

C’est dans l’ensemble un très beau cv extrêmement bien fini, sans réelle fausse note. Les renforts étant eux aussi conséquents et le positionnement des wiskers précis. Bref c’est du grand art, pour moi, retrouvé dans la fabrication R-sky. Et les petits panneaux mylar derrière les vergues ajoutent une touche techno de bon aloi.

Diablis et précision :

Après la satisfaction d’avoir eu un très bel objet dans les mains, le voilà en l’air traçant ses premières courbes et angles. Hummm, premières sensations de glisses sympathiques avec une présence en main consistante, sans exagération, mais procurant une tension musculaire raisonnable et détendue. Sourire. Voilà une machine qui n’aura pas peur des vents soutenus.
Pour ceux qui connaissent, c’est un compromis habile et judicieux entre la puissance du Nirvana et la douceur de l’Akuji. J’aime. Les déplacements du Diablis sont réguliers et il ne prend pas vraiment les rafales.

Les virages peuvent être serrés, il tourne presque sur sa pointe d’aile. On peut faire varier sa vitesse d’évolution, il s’accélère bien.

Particularité : Ne vous attendez pas à posséder un cv stable et facilement scotchable sur ses pattes lors d’un stop ou d’une dévente. Il par derechef sur le dos. Le Diablis demande du doigté et de la maîtrise dans ses mouvements. Il faut être vigilent sur les spikes et les posés deux pointes. C’est donc, le pilote et l’habitude qu’il en aura qui fera la certitude d’un poser deux pointes net et parfait. Maître mot : garder tendue la ligne qui ne fouette pas, gestes courts.

03

Une qualité de finition exemplaire

Diablis et freestyle :

Par contre, dans le domaine du freestyle c’est un cerf-volant qui décoiffe. Sa capacité à déventer dans ce domaine de vol est un atout imparable.
Ce cv est capable de tout et de bien plus. C’est globalement ce qui ressort généralement à la fin d’une séance. Mais comme toute chose il faut aussi envisager de travailler l’appareil pour en extraire un pur plaisir charnel. Avez-vous eu déjà la chaire de poule après avoir exécuter une figure. Non ? Alors allez tâter du Diablis.
Le freestyle classique, vous vous en doutez bien, après avoir visionné les vidéos proposées ici et là, que ce Diablis est capable de très belles évolutions et fantaisies en tout genre. Il adore les cabrioles.
Les Axel sont propres, variations possibles entre : des Cascades lentes où l’extrados est bien visible et des Cascades rapides dont la relance se balance dès la verticale.
Des Fades qui tiennent longuement, des Tortues calées avec Lifters possibles, des Ours faciles, des 540 léchés eux aussi susceptibles de variations de vitesses, des Wapdowap avec posés francs sur les lignes avant déclenchement de rotation, des Yoyos « in the nose » même avec seulement 10gr : en un temps, ou deux temps (un peu moins évidents), les Backspins ou les Cascades de bs ne sont qu’une formalité, les Slots et variations Yoyo, les Yoyo540 simples ou double se rentrent comme il faut ; les lignes solidement accrochées aux blocs yoyo. L’Hélice se fait bien aussi.… etc, ect, ect, ect, ect,…. Bref on n’en finirait plus tellement la liste est longue, riche et facile d’éxécution.
Non, en fait, ce n’est pas de ça dont je voulais vous entretenir…En fait, le Diablis s’impose dans sa modernité et par ses capacités à dépasser le freestyle. C’est la première fois que j’ai en main un cv dont les seules limites sont celles du pilote. Tous les axes sont exploitables et toutes les combinaisons possibles pour peu que l’on ait un peu d’imagination et de savoir faire.

Il en produit bien plus pour qui se donne la peine de le travailler efficacement. Ce cv est l’un des rares à panacher l’ensemble des figures dites modernes. Il peut tout. Et des figures antinomiques par essence : rotations à plat et cyniques (vidéo).
Vous l’aurez compris, le Diablis permet aux pilotes de s’adapter rapidement à l’évolution inéluctable du freestyle et à ses nouvelles figures tant il est actuel. Il est aussi précurseur d’un style débridé qui marquera son temps comme l’Akuji l’a fait.

Conclusion :

Le Diablis est un formidable outil de travail pour les agités du freestyle comme moi.
C’est devenu mon cv de prédilection quand je veux tester une idée car il a une telle facilité de dévente qu’il peut être mis dans n’importe quelle position à la demande.
Ses bascules avant–arrière sont une arme redoutable. Je suis persuadé que l’on arrivera à faire faire de véritables mouvements d’enroulements de yoyos aux cerfs-volants. Le Diablis ouvre la voie. Les quelques essais faits sont très prometteurs…
Evidemment cela peut ne pas plaire. Mais fort heureusement, il sait être très sage car ce cv est bien précis, doux en déplacement, obéissant en trajectoire et ne développe pas de traction excessive. Il convient donc à une pratique calme et classique du cv. Pour les adeptes du ballet et autres prestations plus traditionnelles, seuls les posés seront à surveiller…
Personnellement, pour le freestyle, en usage confortable et plaisant,paradoxalement, je verrais plutôt le Diablis pour des vents jusqu’à 15km pas au-delà car sa mise en déséquilibre en taz est quasi systématique en pleine fenêtre. Le plaisir s’amenuise rapidement dans les vents soutenus sur cette figure.
Moralité, ce Diablis envoie sacrément et procure un freestyle remarquable.

02

Un repos mérité pour un freestyler hors pair

Ah tiens, je n’ai pas parlé du rapport qualité/prix. Compte tenu de ce qui précède vous imaginez sans peine mon avis. R-SKY a introduit là une belle innovation sur un concept : un fabricant/un concepteur reconnu et, tour de force étonnant, a obtenu un prix de vente raisonnable. Un achat permis au plus grand nombre. Merci. Les quelques manques comme la bride d’incidence ou la bride anti prise de quille, ne grève pas finalement le compromis qualité/prix fort judicieux.

Dépêchez-vous, le futur c’est un Diablis tout de suite…ou jamais.

Laisser un commentaire

 

Dordogne - Chambres d'hôtes |
lespoilusdelouna |
STAR WARS AJAYSIDIOUS BLOG |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | justine5927
| celinesbz
| PHILAMAGHREB