• Album : Maestro 2010
      <b>sany0081.jpg</b> <br />

Test du Next R-SKY

Posté par airone le 30 avril 2010

Next Team

 

R-SKY, marque très connu des cerf-volistes, au palmarès très impressionnant de ses pilotes (*), qui met un point donneur sur la qualité, ne se repose jamais sur ses acquis. Pour obtenir autant de réussite, il faut toujours innover, créer, être en quête de l’excellence, du toujours « mieux ». C’est ainsi qu’en Septembre 2006, lors du festival de Dieppe, R-SKY sort un nouveau modèle, nom de Code : Next (Next Up pour le continent américain). Ce premier modèle est pourvu du système VSP, viendra ensuite 3 autres versions (STD sans VSP, UL et WW).
Le Next vient compléter une gamme de cerfs volants déjà bien racés et non remplacer un modèle. Beaucoup de personnes ont voulu voir en lui le remplaçant du nirvana, modèle le plus titré de la marque. Mais c’est une erreur, il vient s’intercaler entre le nirvana et le Krystal (modèle de précision par excellence).
Le Next n’est pas un nirvana, il n’est pas non plus un Krystal, mais un compromis. Précis, freestyler, avec une forte présence dans le ciel grâce à un design particulier fidèle à la marque.

1) Next (Up) STD avec VSP :

Première version sortie, le Next avec VSP (spine à volume variable). Les couleurs rappellent un peu les coloris de l’opium (autre Cerf volant de la marque) tout en s’en démarquant.

Test du Next R-SKY 06

Les Next Cobalts de Sebastien Lepage

Deux structures au choix. Version Skyshark, bords d’attaque en P300 et vergues en 5pt. Version icône, bords d’attaque et vergues en icône blanc. Quelle structure choisir ? Les avis sont partagés et parfois contradictoires. Certains vous diront que la version Skyshark semble mieux « réagir » par petit vent, que la version icône aura une meilleure réponse avec le vent montant et le cerf volant sera alors plus réactif. Atout ? Handicap ? C’est selon votre style de pilotage. De toute façon les 2 structures sont très bien adaptées à ce modèle. Alors pourquoi pas aussi une version Aero stuff ? Début de réponse ici (**)
Ce modèle se caractérise des autres versions par l’utilisation de la VSP, innovation de R-SKY. Cela va permettre le gonflement de la voile au niveau de la spine. Ainsi, la pression dans la voile reste constante et les rafales sont absorbées. Résultat, vous obtenez un cerf volant avec une plage d’utilisation énorme.
Au premier contact, ce qui frappe tout de suite, c’est cette pression constante qui lui procure une vitesse régulière. Il ne tire pas, il est bien présent au bout des lignes et ne vous surprend pas en cas de rafale. On pourrait le qualifié de « rassurant ».
En précision, La vitesse régulière vous permet de vous concentrer sur de belles trajectoires. Les angles claques et on retrouve le caractère du Krystal à rester « scotché » dans sa trajectoire.

01

Tenue en fade remarquable

Passons au free. Toutes les figures académiques passent sans problème. Les lazys, multi-lazys, ours et toutes figures sur le dos se font sans difficulté. Les yoyos s’enroulent rapidement. Les cascades, cascades de rolling, spike ne sont qu’une formalité.

Les figures plus « techniques » demandent plus de « touché » comme pour la plupart des cerfs-volants. Les comètes demandent à ne pas être tapées mais accompagnées. Les taz machines passent sans problème et les yo-fades passent avec un peu d’entrainement comme le krazy copter d’ailleurs.
L’avantage de cette version Next est le système VSP. Cet avantage peut aussi paraître un inconvénient. Par exemple, pour le free il va donner l’impression d’un cerf-volant avec une certaine inertie dans ses mouvements. Mais est-ce vraiment un inconvénient ? Cela permet aussi d’avoir des figures plus lisibles, plus propres.
Cette version VSP est un bon compromis entre free et précision, sachant passer tout le registre free avec un peu d’apprentissage. Il demande un petit temps d’adaptation. Le free doit se faire sans taper comme « un bucheron » (certain se reconnaitront) mais par accompagnement. Quand vous avez compris cela, tout devient possible.

Ce modèle est le modèle idéal lors des jours ou le vent se fait capricieux, ou l’on court car le cerf volant semble être une enclume puis 2 secondes plus tard semble être une vraie fusée. La VSP fait alors merveille et on retrouve le plaisir de voler.

2) Next (Up) STD sans VSP :

La version standard appelée « Next (up) Team est dépourvu du système VSP. elle aborde des couleurs différentes, le noir est plus présent. Une seule structure pour cette version : L’icône blanc.
Ce qui frappe tout de suite lorsqu’on voit ce modèle évoluer, c’est ça présence dans le ciel (de toute beauté) et son bruit (juste un souffle, présent mais pas bruyant comme le bruit de « mobylette » de certains cerfs-volants).

On retrouve la précision de la version avec VSP. Un vrai TGV calé sur ses rails. Les angles claques, la vitesse est régulière mais attention cependant à la pression dans la voile qui va augmenter avec le vent sans pour autant devenir gênante. Ce n’est quand même pas la pression d’un Krystal.

Côté free, bien sûrs tout le registre indiqué pour le modèle avec VSP passe. Mais là, la vitesse augmente, on peut taper un peu plus. Les comètes sont plus rapides. Le krazy copter demande toujours un petit peu de travail, surtout pour le demi backspin.
La plage de vent est aussi très large, mais autant la version VSP permettait de monter dans les vents soutenus, celui-ci permet plus tôt de descendre assez bas.

02

Un kite de compétition sans aucun doute

3) Next (Up) LW :

La version UL LW (light wind), se rapproche en coloris du Next (Up) Team en étant plus « soft ». Le noir, par exemple, est remplacé par du gris. C’est un peu la même philosophie qu’entre le nirvana STD et le nirvana LW.
Deux structures au choix. Version skyshark, bords d’attaque et vergues en 3pt. Version icône, bords d’attaque et vergues en icône rouge.
Son utilisation se fera dans des vents plus légers que la version STD (VSP ou pas) puisque qu’il a un poids diminué. Cela sera la seule diminution car il ne diminue pas en sensation, il garde tout le potentiel de la version STD.
Du point de vue design, il est aussi magnifique en vol.
Côté précision ou free, il fait aussi bien que le STD. Vitesse régulière, il se met en pression avec très peu de vent et claque les angles. Le vent montant, la pression est plus présente mais il n’accélère pas pour autant.
Le free est de toute beauté avec cette version. L’inertie du au poids « allégé » qu’on retrouve dans la plupart des UL est à peine perceptible. Le free est pratiquement aussi rapide qu’avec le STD. Les yoyos se font en un seul temps. Les taz sont plus planant. Seul les Krazy copter et yofades demandent plus d’accompagnement dans les gestes. Un très très bon UL.

4) Next (Up) WW :

La version SUL appelé WW ( without wind), aborde des couleurs que l’on retrouve sur le Kristal WW avec un mixte mylar – icarex. On joue ici sur la transparence et c’est une réussite. Lorsqu’il est en vol, il est majestueux, de toute beauté. A l’image de son vol.
Deux structures au choix. Version skyshark, bords d’attaque et vergues en 2pt. Version icône, bords d’attaque et vergues en icône jaune.
Cette version évolue dans des vents très très faibles, à l’image de son grand frère le Krystal WW. Personne ne vole ? Même les UL sont au sol ! C’est le moment alors de sortir le Next WW. Très légère brise voir inexistante et il décolle. On sent une pression dans les lignes et on entend la voile qui vibre et régule sa vitesse. Petit sourire au coin des lèvres, c’est un moment magique.
Attention, les freestylers qui veulent du free à 100 à l’heure, passez votre chemin. Il est fait pour du free avec des gestes qu’on accompagne (comme tout SUL) à l’image du Krystal WW mais en étant plus rapide que celui-ci. Les yoyos en 2 temps se font sans problème et avec aucun poids dans la quille .Les ours ? Une formalité et les backspins très faciles. Il reste bien calé sur le dos pour toutes les figures à base de lazy, on peut même lui faire faire des cyniques sans le brutaliser. Les slots sont bien plats et lent, les tazs passent si on accompagne bien ses gestes. Les comêtes peuvent être très lentes ou plutôt rapides.
La précision est au rendez-vous à l’image de la famille Next, on claque les angles dans du petit vent sans avoir besoin de reculer et il garde sa vitesse de croisière avec son petit bruit de voile.

5) Questions à Roger Tessa Gambassi, concepteur/designer du Next :

- Combien de temps à duré le développement du Next ? (de l’idée à la sortie commerciale)
15 mois et une dizaine de protos, mais ce n’est pas à prendre comme une référence de temps. Parfois la création est plus courte, mais souvent plus longue virtuellement. Avant chaque kite, j’y pense beaucoup :-)

- Penses-tu que l’on peut comparer le Next avec le Nirvana ou le Krystal ?
Du tout, et c’est l’erreur que beaucoup on fait.

- Lorsque tu as commencé à imaginer le Next, quels étaient tes objectifs ?
Concevoir un kite différent et résolument moderne. Un kite de compétition.

- Les as-tu atteints ?
Oui, dans sa conception, ses capacités. Mais pas sa commercialisation. Les pilotes veulent souvent un nouveau kite qui leurs rappellent le précédent, un peu trop même. Peut-être n’avons nous pas assez communiqué sur la différence avec le Nirvana par exemple.

Quelles sont pour toi les qualités du Next ?
Il demande du travail pour en tirer le meilleur, et déjà pour moi c’est une qualité. Le Next permet une réalisation des figures lentes et majestueuses. C’est un polyvalent, un cerf-volant de ballet par excellence, bien maîtrisé il permettra à son pilote de le mener à des victoires. Son vol est plutôt lent, et son design gracieux. De quoi faire craquer n’importe quel juge :-)

05

Belle présence en vol

Les défauts ?
Trop moderne ! Christophe Cardon m’avait fait cette réflexion un jour en me parlant du Feeling : « Tu l’as sorti 10 ans trop tôt » Aujourd’hui, avec l’évolution du pilotage et du matériel, tu as besoin de six mois pour passer presque tous les tricks, tu cherches un kite facile pour être le meilleur du sur ton spot. Mais il y a une grande différence entre « je fais et je sais faire ». Avec le Next si tu ne sais pas faire, tu ne fais pas ! Le défaut est peut-être là.

Pourquoi avoir créé une version VSP et une sans VSP ?
La VSP est parfaite pour réguler la vitesse, idéale dans le vent irrégulier, en contrepartie elle gêne quelques tricks, notamment dans leur accélération. Nous en avons discuté avec les pilotes du team et nous avons tranché pour commercialiser un STD avec VSP et une Version Team sans et plus haute en spine, sachant qu’un pilote de haut niveau a plus de facilité à gérer les vents et la vitesse de son kite.

Comment vois-tu l’avenir pour le Next ?
Ils couleront des jours heureux aux mains de leurs pilotes :-) Il y a peu de kites qui traversent les modes, il y a plus de kites pour une époque, je crois fort à celle du Next quand les pilotes auront compris comment il vole et les portes qu’il ouvre.

 

Les versions du Next vont-elles continuer à évoluer, comme tu l’as fait pour le nirvana ?
Le Nirvana a finalement peu évolué, il y a beaucoup de bridages différents, comme ceux qui circulent pour le Next. Mais si pour le premier beaucoup de réglages lui conviennent, il n’en est pas de même pour le second, trop sensible et trop changeant dans son comportement, ce qui explique son délai de conception. C’est son pilote qui doit évoluer.

Quels sont pour toi les 5 mots qui définissent le mieux le Next ?
Demande à être mieux connu ! J’ai bon ?

Quelques pilotes commencent à l’utiliser en compétition, quand penses-tu ?
C’est tout à leur honneur ! C’est courageux et volontaire. Je pense d’ailleurs que leurs pilotages à évolué dans le bon sens, plus technique, plus fin et plus sensible. Ce sera forcément payant en compétition.
Et quel plaisir de ce dire : ce tricks aujourd’hui, je sais le faire !

04

Un design signé RTG

6) Questions à Steff Fermé, pilote, utilisant le Next en compétition :

- Lorsque tu as essayé pour la première fois le Next, que t’es tu dis ?
Je me suis dis que passer en compétition derrière un masque, mon kite ne ferait plus tout petit. Car l’effet visuel est important et le nirvana même s’il est fantastique fait petit dans le ciel.

- Tu as utilisé cette année le Next lors du championnat régional ou tu termines à la première place et lors du championnat de France ou tu termines 3ème, pourquoi ce choix ?
Pour deux raisons : premièrement tout comme la réponse de la question précédente, lorsque je passe derrière un mec qui a un masque même si je vole mieux, je perds de suite des points car dans le ciel mon nirvana fait plus petit donc moins présent. Le Next compense cette différence et remet le classement dans le bon ordre. Et puis deuxièmement, j’avais envie de faire le maximum en apportant un titre à ce nouveau modèle à peine sorti mais malheureusement délaissé.

- Quelles sont pour toi, les qualités du Next ?
Il est imposant, polyvalent (bien réglé il est hyper précis dans les angles avec des trajectoires plus propres) et plus lent que le nirvana, donc plus lisible dans les tricks à rotation.

- Penses-tu l’utiliser de plus en plus ? Au détriment du nirvana ?
Si j’arrive à le prendre en main avec le temps comme j’ai pu le faire avec le Nirvana pourquoi pas ? Ma voile est encore assez neuve. Donc avec le temps il ne demande qu’à se bonifier !

- Quelles sont les modifications que tu as apporté sur tes Nexts ?
Le Next est l’évolution du Nirvana. Donc son bridage a la même logique. Alors j’y ai mis un bridage Nirvana un tout petit peu allongé.

- Quels sont pour toi les 5 mots qui définissent le mieux le Next ?
ImposaNt, polyvalEnt, seXy, sTylé.

03

The R-SKY touch

7) Conclusion :

Vous souhaitez un cerf-volant capable de passer le free actuel, avec lequel vous voulez progresser, comprendre les tricks, d’une précision redoutable et d’une forte présence en vol, le Next est fait pour vous.
(*) Champion de France 2lignes individuel, champion d’Europe 2 lignes individuel, Champions du monde en individuel, pair et par équipe en freestyle.

(**) Pour anecdote, lors de la sortie commerciale des barres Icône, le premier réflexe a été d’essayer de les comparer à ce qui se faisait de mieux (mais aussi de plus chère) à savoir ; les barres aerostuff. Problème, personne n’est d’accord, on dit tout et le contraire. Mais comment comparer, il faut aussi les mêmes conditions de vents, les mêmes cerfs-volants. Ces cerfs-volants doivent être identiques (cela veut dire même état d’usure, même rodage …).
J’ai donc acheté 2 Nexts avec VSP en septembre 2006, identiques, neufs, seule la structure différait. L’un était monté en icône blanc et l’autre en aerostuff gold s. Je les ai testé pendant 2 mois, je les sortais dans les mêmes conditions, j’alternais. Et j’ai même demandé à des personnes de mettre l’un ou l’autre au bout de mes lignes sans savoir lequel c’était. Et bien verdict, impossible de dire quelle était la version au bout de mes lignes. Il semble donc que sur cette version, l’Icone, moins chère, donne autant satisfaction.

Laisser un commentaire

 

Dordogne - Chambres d'hôtes |
lespoilusdelouna |
STAR WARS AJAYSIDIOUS BLOG |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | justine5927
| celinesbz
| PHILAMAGHREB